Rédiger… quand on n’est pas francophone

Dans cet article, je vais m’intéresser à ce que vivent les étudiants et chercheurs étrangers dont le Français n’est pas la langue natale. Si vous êtes dans ce cas, vous devez préparer avec soin la rédaction, puis l’étape de la relecture et de la correction pour éviter les mauvaises surprises.

Vérifiez si votre université propose des ateliers d’écriture ou des cours de langue adaptés à votre niveau, et n’hésitez pas à vous inscrire. Mais je vais être franche : il n’y a pas beaucoup de moyens pour aider les étudiants étrangers dans les universités françaises (ce qui est vraiment dommage). Si vous rédigez une thèse ou un mémoire, vous n’aurez pas d’accompagnement spécial, et vous vous sentirez sans doute un peu seul face aux difficultés de la langue française.

Peut-être même que vous en viendrez à vous dire : « est-ce que je ne ferais pas mieux de rédiger mon travail dans ma langue natale et payer ensuite un traducteur ? »

Je vous propose qu’on réfléchisse à toutes ces questions.

Continue reading →

5 conseils pour un travail de terrain efficace

Ça y est ! Vous êtes prêt pour vous rendre sur votre terrain. Vous avez passé un certain nombre d’heures dans les bibliothèques, peut-être avez-vous déjà forgé quelques hypothèses sur votre sujet de recherche, et maintenant, vous allez confronter vos premières idées à la « réalité ». C’est un moment décisif dans une recherche : alors, comment être sûr de ne pas passer à côté de quelque chose d’important ? De poser les bonnes questions, de faire les bonnes observations, de s’adresser aux bonnes personnes ?

Que cherchez-vous?

Continue reading →