4 bonnes attitudes pour réussir sa soutenance !

Ah ! la soutenance…. Quand je rédigeais ma thèse, la simple évocation du mot suffisait à faire monter en moi une vague d’angoisse ! Depuis, j’ai assisté à de nombreuses soutenances et je peux dire qu’il n’est pas si difficile de réussir cette épreuve.

Une soutenance au XVIème siècle... ça avait l'air animé !
Une soutenance au XVIème siècle… ça avait l’air animé !

« Réussir » ne signifie pas éviter toutes les critiques, d’ailleurs : elles font partie du jeu. Voici 4 grandes qualités que vous devez cultiver, en tant que candidat, pour montrer au jury le meilleur de vous-même et de votre travail.

Soyez…

Continue reading →

Comment préparer une communication orale?

Imaginez la scène. Vous assistez à un colloque, et l’on passe la parole à un jeune chercheur qui a 20 minutes pour présenter sa « communication ». Visiblement mal à l’aise, celui-ci se raccroche à son texte et commence à lire d’une voix monocorde et plutôt faible. Un ennui discret s’installe dans la salle, les minutes passent tant bien que mal puis l’intervenant vient à bout de sa présentation et laisse la place au suivant.

Sa recherche est peut-être passionnante : mais personne ne le saura, car personne n’a pu le suivre au-delà des trois premières minutes. Avez-vous déjà vécu cela ? Avez-vous déjà été cet intervenant timide ou ce spectateur somnolent ? Probablement, car cette scène est d’une grande banalité !

On oublie souvent d’enseigner aux jeunes chercheurs comment communiquer à l’oral. Il s’agit pourtant d’une compétence cruciale pour diffuser son travail et rencontrer des collègues… et même pour réussir sa soutenance !

Une présentation ennuyeuse est souvent le fait d’un intervenant timide, apeuré, ou mal préparé. Voici 4 règles incontournables pour éviter que votre présentation plonge tout le monde dans l’ennui !

Continue reading →

Doctorants et directeurs de thèse (suite) : vers une relation plus satisfaisante

Chose promise chose due, voici une suite à mon précédent post sur les relations entre doctorants et directeurs de thèse ! Il y a quelques jours j’ai eu une conversation par visioconférence avec Pascale Haag, chercheuse de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, qui travaille sur le bien-être des doctorants, et qui a constitué, avec des collègues, un groupe de travail sur le doctorat. Pendant cette discussion, nous avons cherché à dépasser le stade du constat (et surtout du constat négatif) et à dessiner quelques pistes pour améliorer la qualité des relations entre doctorant et directeur.

Vous pouvez visionner la vidéo de notre entretien juste ici :

Les relations avec son directeur de thèse : pourquoi est-ce (parfois) si difficile?

C’est LE sujet qui anime les conversations entre doctorants et ne peut en laisser aucun indifférent : le directeur (ou la directrice) de thèse. Aborder ce sujet, c’est ouvrir les vannes de toute une gamme de sentiments. Citons parmi les plus fréquents :

  • la peur du jugement (« qu’est-ce que le directeur pense de ma thèse… et de moi ?! ») ;
  • l’espoir démesuré (« aimera-t-il mon travail ? Va-t-il m’aider ? ») ;
  • la colère (« mon travail ne l’intéresse pas, il ne répond même pas à mes courriers… »).

Bref, la relation entre un thésard et son directeur, ce n’est pas un long fleuve tranquille. Je ne prétendrai pas ici faire le tour de cette question, mais commencer à expliquer la source de quelques problèmes relationnels parmi les plus fréquents.

Continue reading →

Je ou Nous? Éternel dilemme de l’écriture académique

C’est une question que se posent aussi bien les néophytes que les chercheurs confirmés : comment s’évoquer soi-même dans un travail de recherche? Peut-on employer le pronom « je »? Est-ce malpoli? Pédant? Ou est-ce au contraire le « nous » qui est pédant?

Ce débat peut sembler de pure forme ; il n’en est rien. Il révèle en fait une controverse plus profonde sur la neutralité du chercheur. Voici des pistes pour vous y retrouver et faire votre choix en toute conscience !

Le chercheur peut-il être neutre ?
Le chercheur peut-il être neutre ?

Continue reading →

Rédiger : comment s’y mettre?

Ça y est, le moment est arrivé… Vous vous mettez à la rédaction ! Une montagne se dresse devant vous : quelques centaines de pages à écrire, au cours desquelles vous allez devoir tisser votre argument de manière claire et documentée. Cela fait un peu peur, il faut avouer ! Et cette peur peut vous faire perdre beaucoup de temps. Voici un petit florilège de conseils pratiques et méthodologiques pour s’y mettre pour de bon et avec moins d’appréhension.

Continue reading →

Trouver un titre à sa thèse

Le titre d’une thèse (ou même d’un article), c’est la cerise sur le gâteau !

On y pense souvent au dernier moment, quand tout est presque bouclé… et le choix peut se révéler difficile dans l’urgence. Or, ne voir dans le titre qu’un élément accessoire et futile serait une erreur. En effet, un bon titre est plus facilement mémorisé ; il véhicule vos idées ou tout au moins suscite la curiosité à leur égard. Bref, il participe à la mission de diffusion de votre travail.

un titre pour sa thèseLa difficulté principale, c’est d’en dire suffisamment, mais pas trop. Un titre trop bavard est ennuyeux ; un titre trop court laisse des éléments importants dans l’ombre.

Un conseil préliminaire : s’il s’agit de votre thèse, il me semble qu’un dialogue avec votre directeur de recherche concernant le choix du titre est souhaitable. Il y a peut-être des pièges à éviter qui sont propres à votre domaine ; il pourra vous en parler. N’oubliez pas de le consulter avant de lancer l’impression !

Il n’y a pas de solution toute faite pour trouver un titre, mais force est de constater, quand on compulse un catalogue de thèses, qu’il existe certaines caractéristiques qui reviennent souvent ; je me suis amusée à classer les titres de thèse en 3 catégories, qui vous aideront peut-être à choisir ce qui vous convient et à comprendre ce qui peut constituer un bon titre, pour une thèse ou tout autre travail de recherche. Pour préparer cet article, j’ai visité le site du fichier central des thèses : suivez ce lien si cela vous intéresse. C’est une source d’inspiration!Continue reading →

Une question au coeur de votre recherche (partie 2)

Si vous avez lu la première partie de l’article, vous savez pourquoi il est fondamental de garder en tête une question centrale lors des différentes phases de votre travail, et de la reformuler régulièrement. Mais comment être sûr de poser une bonne question ? C’est ce que nous allons voir à présent.

Pour tout ce qui suit, je me suis beaucoup inspirée du « Manuel de recherche en sciences sociales » de Van Campenhoudt et Quivy (éditions Dunod). J’en profite pour vous en recommander la lecture.

Continue reading →

Une question au coeur de votre recherche (partie 1)

Pourquoi est-il indispensable d’avoir en tête une question centrale quand on réalise un mémoire ou une thèse ? C’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

Un travail de recherche, qu’il s’agisse d’un mémoire ou d’une thèse (ou tout autre type de travail d’analyse) a tendance à être foisonnant ; car il s’agit d’approfondir l’étude d’un sujet et d’en chercher les tenants et les aboutissants. Or il arrive que, pendant une soutenance par exemple, l’un des jurés demande au candidat quelle est la question principale de sa recherche… Par là-même, on lui demande une ultime synthèse de son questionnement ; cette synthèse peut donner sens à tout le travail. Il est difficile pour le candidat de répondre de façon satisfaisante s’il n’a pas fait, tout au long du processus de recherche, l’effort de résumer son questionnement, d’en rechercher l’essence.

Question de recherche, problématique… De quoi parle-t-on ?

Continue reading →

Peut-on bien vivre la critique ?

Vous venez enfin de recevoir les évaluations de l’article que vous souhaitez publier… Ou bien des remarques sur ce chapitre de votre thèse que vous avez donné à relire. Vous ouvrez le message et vous découvrez… des critiques. Des commentaires sur ce qui ne va pas. Des suggestions que vous n’avez pas envie d’entendre. Une bouffée d’émotions négatives vous envahit… Oui, c’est vrai, ce n’est pas facile de recevoir des observations sur votre travail de recherche. Pourtant, pour avancer sans vous enfermer dans votre coquille, vous allez devoir accueillir les critiques, les comprendre, évaluer leur pertinence et leur capacité à éclairer votre travail. Voici quelques pistes pour mieux vivre cette épreuve qui se reproduira souvent dans votre vie de chercheur.Continue reading →